Question:
Est-ce que courir en montée est plus difficile ou plus facile que courir en descente?
geoffc
2012-02-10 08:24:34 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Qu'est-ce qui est le plus difficile, courir en montée ou en descente?

J'ai fait le marathon de Salt Lake City, Utah et il y a beaucoup de descente. Je pense que le parcours de l'année où je l'ai couru a environ 5000 pieds de dénivelé.

J'ai été surpris de voir à quel point mes quadriceps me faisaient mal à chaque pas de descente.

Je suppose que si vous vous êtes entraîné pour cela, ce ne serait pas si mal.

Mais qu'est-ce qui est en fait le plus difficile? Montée ou descente?

Que veut dire plus dur? Plus douloureux? Plus épuisant physiquement? Plus de force exercée par les pieds?
Je ne sais pas. Je pense qu'il serait intéressant de traiter de deux façons différentes.
Cinq réponses:
#1
+25
Mike Hedman
2012-02-10 09:33:16 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Courir en montée est plus difficile ... si vous savez comment courir efficacement en descente.

Courir en descente nécessite des pieds rapides et des foulées plus courtes que la normale - en particulier pour ne PAS vous rattraper. Pensez à une pierre de 500 livres tombant vers votre tête. Vous n'essaieriez pas de l'attraper, vous devriez simplement essayer de le faire glisser sur le côté (et faire glisser votre corps dans l'autre sens). En descente, c'est exactement ce qui se passe. Une énorme pierre (la Terre) vient à vous rapidement, et vous ne pouvez pas l'arrêter. Donc, à la place, avec un mouvement rapide du pied, vous le faites glisser derrière vous et faites glisser votre corps vers l'avant.

Cela demande de la pratique, du courage et plus de pratique! Mais c'est plus rapide et BEAUCOUP plus facile que de trop marcher, de claquer les talons et d'essayer constamment d'empêcher la gravité de vous tirer vers le bas de la colline.

N'essayez pas cela pour la première fois en course surtout pas une course de trail, car vous devez apprendre le jeu de jambes pour être en sécurité et contrôler l'inévitable montée d'adrénaline lorsque vous réalisez que vous êtes à un faux pas de le manger !!

Une description plutôt poétique ...
#2
+13
J. Win.
2012-02-11 04:36:01 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Mille pour mile, courir en montée nécessite une plus grande quantité de travail physique à effectuer. Vous travaillez clairement contre la gravité plutôt qu'avec elle.

Cependant, la descente peut être perçue comme plus difficile pour plusieurs raisons.

  • il a tendance à être beaucoup plus rapide, donc l'impact sur les parties du corps est plus important
  • contrairement aux coureurs plats ou en montée, les coureurs de descente doivent résister au mouvement vers l'avant pour garder le contrôle, et la biomécanique de ce "freinage" implique des muscles qui peuvent être moins bien entraînés
  • comme mentionné par Darth et Mike Hedman, les coureurs qui ne sont pas habitués à la descente peuvent utiliser une technique inappropriée ou incontrôlée
C'est la seule réponse qui mentionne la vraie raison pour laquelle la course en descente vous laisse mal: la course en descente oblige vos muscles à effectuer des contractions répétées «excentriques», ce qui signifie résister à l'extension du muscle plutôt que de se contracter pour tirer (comme ils le font en montée). Si vous n'êtes pas bien entraîné pour ce type de mouvement - que les muscles ne gèrent généralement pas bien - vous allez avoir mal.
#3
+11
Jakub Arnold
2012-02-10 16:39:04 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Courir en montée vous épuisera certainement plus rapidement si vous essayez de garder un rythme trop rapide. D'un autre côté, si la pente n'est pas trop raide, cela n'a pas à être beaucoup plus difficile que de courir sur une surface plane.

La descente dépend vraiment de votre technique et des conditions dans lesquelles vous courez Ce sera complètement différent si la route est mouillée ou glissante, car vous devrez mettre beaucoup plus d'énergie pour garder votre équilibre. Mais si la route est sèche et que vous avez de bonnes chaussures, cela peut être assez facile avec un peu de pratique.

J'ai cette montée de 1,5 km sur ma piste de jogging habituelle, qui est assez raide. J'habite au sommet de la colline, donc au début je dois descendre, et à la fin de la piste remonter.

Si je le fais par beau temps, je peux courir descendre assez vite, confiant que je ne glisserai pas et que je ne me fatiguerai pas du tout. Mais si c'est un jour de pluie, je fais très attention à chaque pas, ce qui le rend presque aussi épuisant que de remonter en courant.

La différence avec la course à pied est que c'est presque toujours la même chose, peu importe les conditions météorologiques.

#4
+3
akf
2012-02-10 09:39:03 UTC
view on stackexchange narkive permalink

La descente est plus exigeante physiquement, car votre corps fait plus pour résister à la force de gravité.

Courir en montée n'est pas plus exigeant en soi, sauf si vous avez tendance à essayer de sprinter en montée. En fait, si vous fermez les yeux en courant en montée, vous pouvez facilement vous convaincre que vous courez sur un plan plat.

Je ne sais pas si j'achète ça - je suis presque sûr que mes jambes et mes poumons savent quand je cours en montée, peu importe ce que je fais pour les convaincre du contraire ...
@Zannjaminderson: Je suis d'accord. Descendre une colline, c'est comme le paradis après avoir été là-haut!
En ce qui concerne la résistance à la force de gravité ... la gravité veut que vous descendiez, donc lorsque vous courez en montée, vous résistez à la gravité. La physique de celui-ci exige que monter en montée nécessite plus d'énergie. Si vous choisissez de mal courir en descente, vous risquez de ressentir plus de douleur, mais c'est évitable à 100%.
#5
-1
Emily Engelland
2016-10-24 03:39:57 UTC
view on stackexchange narkive permalink

En fait, si l'on monte et descend à "vitesse constante", le travail effectué par les muscles est identique dans les deux cas. Vous pouvez le vérifier en montant un seul escalier "très lentement" avec une jambe, puis en vous abaissant "très lentement". Vous avez dépensé la même quantité d'énergie (travail) en montant qu'en descendant. La différence en descente est que vous êtes plus en «chute libre» entre les pas et que vos articulations absorbent plus de force de décélération que vos muscles, donc moins de travail est effectué par vos muscles.

Bienvenue sur SE.sport. Pouvez-vous ajouter des références sur ce que vous avez écrit?


Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...